Accueil>...>Prochainement>Une vie violente

Une vie violente

De Thierry de Peretti, France, 2017, 1h53, avec Jean Michelangeli, Henry-Noël Tabary, Cédric Appietto...

Malgré la menace de mort qui pèse sur sa tête, Stéphane décide de retourner en Corse pour assister à l'enterrement de Christophe, son ami d'enfance et compagnon de lutte, assassiné la veille. C’est l’occasion pour lui de se rappeler les évènements qui l’ont vu passer, petit bourgeois cultivé de Bastia, de la délinquance au radicalisme politique et du radicalisme politique à la clandestinité.

 

Le film est ample car il englobe des choses éternelles. Tout un héritage de violence ancestrale et de vendetta, de codes d'honneur et de malédictions. TELERAMA

Le réalisateur s'écarte donc de la reconstitution historique pour donner lieu à une réévocation, plongeant tant le spectateur néophyte que celui mieux informé dans le climat d'une époque. CRITIKAT.COM

Thierry de Peretti fait de la violence politique et criminelle en Corse une remarquable tragédie intime. LE MONDE

Par son ambition de grande fresque tragique, sa narration riche et équilibrée, loin de la sauvagerie du coup d’essai ; et bien sûr par son sujet, puisque le film (...) narre rien de moins que le nationalisme, par le biais de la vie d’un militant d’extrême gauche fatalement connecté au banditisme, aux vendettas idiotes et au risque d’une mort brutale. LES INROCKUPTIBLES

Avec ce beau film, fier et douloureux, Thierry de Peretti ravive la mémoire d’une génération sacrifiée, la sienne. L'HUMANITE

L’une des qualités du film est d’être très ancré dans la réalité corse, ses paysages, sa lumière, sa langue, ses accents, et bien sûr les mécanismes sociaux et culturels qui ont engendré les dérives évoquées ici. LIBERATION

De ce minimalisme brut émane une complexité historique organique, à l’éloquence documentaire, conférant au film de gangster attendu son vibrant négatif. PREMIERE

On se sent parfois perdu dans ce récit. C'est bon signe. Car cela prouve qu'on le suit dans la tête de son héros, lui-même dépassé par les changements constants d'alliance au sein d'une fresque tout à la fois politique et intime sans vraiment d'équivalent dans le jeune cinéma français d'aujourd'hui. STUDIOCINELIVE

Le deuxième long métrage de Thierry de Peretti, chronique historique à la fois ample et intimiste, croque le portrait d’une génération sacrifiée. LES FICHES DU CINEMA

unevieviolente 1